Inspecteur inspecté, choisir son inspecteur ou ce que vous devez savoir et que personne ne vous dira

L’achat d’une maison est sans contredit l’investissement le plus important que vous aurez à faire dans votre vie mais trop souvent, nous verrons les émotions prendre le dessus sur  la raison. L’acheteur tombera en amour avec le grand terrain, le gros garage ou la belle céramique neuve et signera sans vraiment se faire de souci. Nous ne pouvons réitérer assez l’importance de faire faire une inspection professionnelle de la maison avant de passer chez le notaire mais comment choisir un bon inspecteur qui aura à cœur vos intérêts et non les siens, ni ceux du courtier?  Au risque de me faire lapider verbalement ou même perdre des contrats, je vous confie ici quelques informations qui pourraient vous aider à faire votre choix.

Votre courtier a l’obligation de vous dire que vous pouvez avoir recours aux services d’un inspecteur et l’offre d’achat que vous remettrez au vendeur en sera conditionnelle aux résultats de l’inspection. Après l’avoir remise, vous devez maintenant trouver un inspecteur qui viendra vérifier les composants de votre future maison, c’est alors que votre courtier devra vous référer au moins 3 noms d’inspecteurs. À ce moment-là, c’est à vous de décider à qui vous confierez l’inspection, mais décidez-vous vraiment?

Une partie du travail d’un inspecteur en bâtiment provient des références des courtiers immobiliers. Par contre, nous travaillons pour le compte de l’acheteur et notre travail doit se faire de façon professionnelle et impartiale mais il arrive parfois, comme dans tous ménages à trois, que l’un des tiers s’en trouve lésé.

Advenant la découverte de troubles sévères affectant la valeur de la propriété, vous aurez alors droit d’annuler la transaction. Dans la majorité des cas, le va-et-vient des offres et contre-offres précédant la remise de l’offre d’achat ne laisse plus de place à d’autres négociations et la vente échoue. La plupart des courtiers accepteront cette décision d’annuler la vente mais comme par hasard, plusieurs perdront les cartes d’affaires de l’inspecteur. La majorité des acheteurs seront reconnaissants envers celui qui a fait l’inspection pour leur avoir fait sauver argent et maux de tête mais d’autres deviendront amers de voir l’achat de la maison de leurs rêves s’écrouler.  Pourtant, l’inspecteur a rempli son mandat, il a rapporté les troubles découverts lors de l’inspection qui auraient coûté très cher en réparations imprévues, alors où est le problème?

Une agence immobilière chargera des frais fixes ou un pourcentage de commission sur la rétribution du courtier.  Dans la majorité des transactions, l’agence représentant le vendeur offrira la moitié de la commission perçue à l’agence représentant l’acheteur. Tout dépendamment des bannières et des ententes conclut entre le courtier et l’agence pour laquelle il travaille, celui-ci recevra ensuite un pourcentage de cette commission.  D’autres agences vont demander un montant forfaitaire au courtier soit par transactions et/ou à chaque mois qu’il y ait transaction ou pas. Vous comprendrez alors que le tout n’est qu’une question d’argent et que les agences ont intérêt à voir les transactions menées à terme avec succès.

Pour ne pas mordre la main qui le nourrit, certains inspecteurs porteront des oeillères et minimiseront les problèmes retrouvés dans les maisons. Comme par hasard toutes les inspections passeront haut la main et tout le monde sera content mais pas tous en sortiront gagnant. Bien entendu, ce n’est pas tous les courtiers ni tous les inspecteurs qui agissent de la sorte mais vous comprendrez alors pourquoi, certains sembleront débordés de travail.

Méfiez-vous des longues listes d’inspecteurs qui pourraient vous être données par les grosses agences, elles ne font que porter à confusion. Pour paraître être votre ami en vous faisant éviter des heures de magasinages d’inspecteurs, votre courtier vous en suggérera un en particulier en disant quelque chose dans le genre « celui-ci est bon, il fait un bon travail ». Un bon travail oui, pour le courtier c’est à dire, c’est alors que vous devrez vous méfier. Les noms référés le plus souvent seront bien sûr ceux dont l’agence veut bien vous donner. Les inspecteurs avec peu ou pas d'expérience dans le domaine de la construction seront plus souvent qu'autrement privilégiés aux yeux de l'agence ou du courtier car l'inspecteur trop compétent risquerait de faire dérailler une vente. Aucune suggestion ou allusion ne doit être faite, cette pratique met le courtier en conflit d’intérêts et vient à l’encontre de leur norme de pratique.

Les inspecteurs doivent faire partie d’une association reconnue et doivent détenir une assurance erreur et omission en règle. Méfiez-vous de ceux qui prétendent porter le titre "agréé". Le métier d’inspecteur n’est régi par aucun ordre professionnel. Sans pour autant mettre en doute l'expérience acquise, le port du titre  inspecteur agréé "   n’est que de la poudre aux yeux et l’inspecteur prétendant porter ce titre s’en servira pour influencer son futur client et pourrait en profiter pour charger plus cher.  Informez-vous si le rapport qui vous sera donné provient d’un logiciel spécialement conçu pour les inspecteurs. Si oui, sachez que ce type de rapport sera souvent fait de réponses déjà présélectionnées. Ces logiciels ont été conçus pour sauver du temps à l’inspecteur et risqueront de ne pas refléter l’étendue exacte des anomalies.

Et enfin pour terminer, vous pouvez toujours consulter les jugements rendus par les différents tribunaux et organismes administratifs du Québec pour vérifier si un inspecteur ou un courtier a déjà fait l’objet d’un jugement en visitant  http://www.jugements.qc.ca/   . Le nombre d’années d’expérience ne reflètera pas nécessairement la compétence et la diligence de l’inspecteur alors n’hésitez pas à le suivre comme son ombre pendant l’inspection et posez des questions, après tout, c’est vous le patron.